CANDIDE DE VOLTAIRE ET LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

INTRODUCTION

CHAPITRE I : PRESENTATION DE VOLTAIRE

La vie de Voltaire

La philosophie de Voltaire

L’œuvre de Voltaire

Résumé de Candide

CHAPITRE II : UN BREF APERCU DU SIECLE DES LUMIERE

2.1 L’ histoire générale du XVIIIe siècle

2.2 Le XVIIIe siècle comme un âge des lumières

2.3 Le concept de la philosophie au 18e siècle

2.3.1. L’esprit d’examen

2.3.2 L’esprit scientifique

2.3.3. L’esprit cosmopolite

2.3.4. L’esprit de renouvellement de la littérature

2.4 La littérature et sa préoccupation au 18e siècle

CHAPITRE III : CANDIDE DANS LE SIECLE DES LUMIERES

3.1 Relation entre Candide et le siècle des lumières

3.2 Candide comme une œuvre satirique

3.3 La vraisemblance dans Candide

CONCLUSION

REFERENCES

BIBLIOGRAPHIE

INTRODUCTION

Dans cette introduction  nous allons dire pourquoi nous avons choisi ‘Candide et le siècle des lumières comme sujet de notre mémoire. Après nous allons étudier dans le premier chapitre Voltaire et son œuvre et faire le résumé de cet ouvrage. Dans le deuxième chapitre nous allons étudier le siècle des lumières. Nous allons faire un bref aperçu du 18e siècle, nous allons étudier aussi le concept de la philosophie au 18e siècle et la littérature et sa préoccupation au 18e siècle. Dans le troisième chapitre, nous allons faire la relation entre Candide et le siècle des lumières, nous allons étudier aussi Candide comme une œuvre satirique et finalement la vraisemblance dans Candide.

Notre conclusion portera sur nos  propres remarques surtout sur le récit et sur le siècle des lumières. Comme nous avons dit au début, voici pourquoi nous avons choisi le sujet : Candide et le siècle des lumières.

La littérature française est une littérature propre et particulièrement aux Français. Les Français du 18e siècle avaient une littérature qui traitait tous les maux de la société française, ce siècle fut également un siècle pendant lequel plusieurs voyages

furent effectués et des découvertes faites par des philosophes de renom. Ce siècle qui est autrement connu comme le siècle des lumières provoque radicalement plusieurs changements dans la société française. Au 18e siècle, il y avait beaucoup de philosophes qui croyaient à la faculté rationnelle.

Ils ont totalement refuse tous les principes des écrivains du 17e siècle. Ainsi, dans ce siècle, Voltaire romancier, philosophe français, écrit une œuvre intitulé Candide, pour dénoncer les problèmes de la société française tout en touchant le monde entier.

Ce roman nous a intéressé parce que c’est un roman philosophique qui nous donne beaucoup de leçons sur la vie en général, sur l’aventure, les risques de ce monde, l’inconnu ou nous sommes, des possibilités qui peuvent arriver à un homme, à une femme et même à un peuple au cours de sa vie et de son histoire. Comme l’avenir est inconnu, l’homme vit au gré de ce qui lui arrive et de ce qui lui apporte la nature. D’après le philosophe Pangloss, tout ce qui arrive à un homme est pour son bien. Il croit que le meilleur prépare la voie au bien et que dans le monde tout est prédestiné pour un but spécifique que le Bon Dieu veut faire subir l’homme. Il est vrai que Candide est un roman philosophique et il est plein de bonnes

leçons pour tous les hommes et femmes parce qu’il leur apprend à vivre et à se préparer à toute sorte de problèmes parce que les problèmes sont naturels.

Ce roman nous apprend à être patient, à endurer, à préserver et à accepter avec courage tout ce qui nous arrive parce que tout est pour notre bien.

Candide nous étale d’une manière ou d’une autre tout se qui s’est  passé pendant le siècle des lumières. De ce fait, pour la suite de notre travail, nous montrerons les éléments qui nous disons que Candide est la réflexion du siècle des lumières.

Nous allons donc commencer avec le premier chapitre qui est consacré à Voltaire, sa vie et son œuvre.

CHAPITRE I : PRÉSENTATION DE VOLTAIRE

1.1. La vie de Voltaire

Le vrai nom de Voltaire est François Marie Arouet. Originaire d’un milieu bourgeois, né le 21 novembre 1694, à Paris où il meurt le 30 mai 1778, il est un écrivain et philosophe qui à marqué le XVIIIe siècle et qui occupe une place particulière dans la mémoire collective des français : dramaturge, polémiste, satirique, philosophe, historien et moraliste. François Marie Arouet était fils de Notaire.

De 9 à 17 ans, il faisait de brillantes études chez les jésuites de Louis-le Grand. Quand il est quitté, son père lui trouva une place dans un cabinet d’avocats, mais Voltaire désirait se consacrer à la littérature. Il faisait la majeure partie son temps dans les salons et devint l’animateur de la société parisienne.

Au XVIIIe siècle, à une époque où la culture française, son œuvre comprend un vaste ensemble d’écrits dans tous les grandes littéraires, dans les pièces de théâtre, des dialogues, des ouvrages historiques, des romans et des contes, des vers de la poésie épique, des essais, des articles scientifiques et culturels, des pamphlets, de la critique littéraire et plus de 2000 lettres. Vécut  jusqu’à l’âge de 80ans, il choisi la carrière des lettres contre la volonté de son père, qui disait qu’il en soit, à l’époque où il avait une quarantaine d’années, Voltaire était à la fois un écrivain renomme et un homme riche.

Symbole des lumières, chef de file du parti philosophiques, son nom reste attaché à son combat contre ‘l’infâme’.

Il invente en 1759 le slogan ‘écrasons l’infâme’ par lequel il termine ses lettres à ses intimes noms qu’il donne au fanatisme religieux. Dans ce contexte, son grand ennemi est la religion chrétienne et l’Eglise Catholique de son temps. Ses adversaires l’accuseront de saper les bases de la religion et par la même de la monarchie et de favoriser la déprivation des mœurs. Après  de 70 ans, exilé loin de Paris dans son château de Ferney. Il prend seul la défense des victimes de l’intolérance religieuse et de l’arbitraire dans les affaires qu’il a rendues célèbres (calas, Sirven, chevalier de la barre, comte de Lally) et met son immense notoriété auprès des éclairées de l’Europe des lumières à leur service. C’est ce Voltaire là, l’homme aux calas, le don Quichotte des malheureux que le peuple de Paris Ovationne, à son retour dans la capitale en 1778. Il inaugure ainsi la figure de l’intellectuel engagé dans une philosophie réformatrice de la justice et de la société.

De retour en France, Voltaire poursuivit sa carrière littéraire avec pour objectif la recherche de la vérité et de la faire connaître pour transformer la société. A Cirey, en Lorraine, il écrit des tragédies (« Zaïre, la morte de César »…) et avec moins de succès, des comédies (« Nanine »). Il critique la guerre dans « l’Histoire de Charles XVII » (1731)  puis s’en prend aux dogmes chrétiens dans « Epitre à Uoanie » (1733)  et au régime politique en France, basé sur le droit divin, dans « Lettres philosophiques » (1734). Des poèmes officiels lui permettent d’entrer à l’académie Française et à la cour comme historiographie du roi en 1746. Cependant « Zadig » l’oblige à s’exiler à Postdam sur l’invitation de Fréderic II de Prusse, puis à Genève. Voltaire s’installe définitivement à Ferney, près de la frontière Suisse, où il reçoit toute l’élite intellectuelle de l’époque. En 1759, il publie Candide, l’une des œuvres romantiques les plus célèbres et les plus achevées. S’indignant devant l’intolérance, les guerres et les injustices qui pressent sur l’humanité, il a dénoncé la pensée providentialiste et la métaphysique oiseuse. En 1778, il

retourne enfin à Paris, à l’académie et à la comédie française, mais épuisé par son triomphe, il meurt peu de temps après.

1.2 La philosophie de Voltaire

Entre 1700-1779, il a écrit 27 tragédies. Voltaire a lutté contre la philosophique de son jour. Au siècle de Voltaire, 3000 personnes ont été tuées à la catastrophe naturelle à Lisbonne.

Il a lutté contre la philosophie chrétienne et l’optimisme. Il a des idées révolutionnaires. Son œuvre  « Candide », Voltaire a exprimé contre l’optimisme. Il commence a pensé au pessimisme plus tard.

Voltaire est considéré comme écho sonore de son temps. Pour souligner étroite participation de l’écrivain à son époque. Il s’intéresse à chaque découverte, chaque idée de son temps. Il lit Jean Locke, le philosophe anglais et Isaac Newton dont il applique son empirisme à tout le domaine y compris la religion, sa pensée libertine, c’est- à -dire irréligieux est décelé dans sa première œuvre « Oedipe » et qui prélude le combat contre le fanatisme et la superstition dans son œuvre « Candide ».

En exile en Allemagne, Voltaire trouve le milieu favorable a son antichristianisme et où il commence son dictionnaire

philosophique. Il se dit déiste. Le déisme est une position philosophique de ce qu’admette l’existence d’une divinité sans accepter la religion réveillée née de Dogme.

Voltaire exprime ses pensées sur la philosophie de lumière dans son essai sur les mœurs. La philosophie de lumière prône le valeur telle que, raison, tolérance et justice. Il est précurseur de la philosophie de lumière. Son ouvrage « Lettres philosophiques » s’est posé comme un texte majeur de cette philosophie. Il remet en prose, c’est une doctrine de la Bible. Voltaire est courellement dessous de ses expériences négatives, si bien qu’il commence à penser au caractère absurde considéré contre autobiographie, ‘Candide’ est le fruit de toutes les expériences humaines.

Voltaire rejette l’optimisme leibnizien puisque la déception et les échecs qui suivent la subit l’on affecté  profondément. Par la suite, il rejette tous les philosophes optimisme pour adopter pessimisme.

1.3 L’œuvre de Voltaire

Les sections précédentes ont donné  à voir la vie de Voltaire. C’est une vie mouvementée et orientée dans les sens de la libération de l’homme à travers la critique, la dénonciation et la condamnation de l’abus du pouvoir, de l’ignorance et de l’intolérance religieuse. Le combat mène par Voltaire se manifeste par la nature de ses écrits. C’est un écrivain engagé. Dans ce qui suit, nous présentons les points essentiels de ses œuvres et ses écrits.

Candide, le roman philosophique de Voltaire, est publié en 1759. ce roman est écrit à la suite de la décision de Voltaire de vivre en paix et de cultiver la terre dans son jardin de Délices, près de Genève en Suisse et d’écrire afin de mettre à la portée des lecteurs tant jeunes que vieux ses expériences dans la vie après sa disgrâce politique chez les rois de France. Le roman n’est pas le récit exact de la vie de Voltaire lui-même, mais d’une similarité de sa vie où il met Candide, Cunégonde, la vieille, Pangloss, Martin, Cacambo etc. en jeu. L’œuvre est une fiction, un roman philosophique, imaginaire, qui nous montre la vie des personnages précités du palais de Thunder-Ten-Tronckh à Eldorado et surtout d’Eldorado au jardin en Turquie, comme l’a fait Voltaire lui-même qui après une chute politique revient s’installer dans un coin tranquille pour cultiver la terre et mener une vie paisible.

Candide de Voltaire nous apprend beaucoup de chose sur le destin, l’aventure, les risques et enfin la satisfaction par le retour à la terre.  Candide a subi un sort similaire à celui de voltaire. Donc, on peut conclure que Voltaire nous a narré indirectement par des personnages interposées sa propre vie de façon déguisée et philosophique.

Pour bien compléter cette section, nous présentons d’autres œuvres principales de Voltaire.

CONTES :

Zadig (1747)

Micromégas (1752)

Candide (1759)

L’ingénu (1767)

LETTRES PHILOSOPHIQUES :

Lettres philosophiques (1734)

Traité sur la tolérance

Dictionnaire philosophique

ŒUVRES HISTORIQUES :

La Henriade (1728)

L’histoire de Charles XII (1731)

Le siècle de Louis XIV (1751)

Essai sur les mœurs (1741)

Historiographe du roi (1745)

TRAGEDIES :

Oedipe (1718)

Zaire (1732)

Mahomet (1742)

POSEIE :

Poèmes philosophiques et poème satiriques

Poème sur le désastre de Lisbonne (1756)

1.4 Résumé de Candide

Candide, fils de la sœur de Baron Thunder-ten- Tronckh est un jeune homme naïf qui vit dans le plus beau château. Il aime Cunégonde et écoute les théories de Pangloss le philosophe. Un jour, il embrasse Cunégonde et il l’a baisée et il était chassé du château.

Ensuite, il engage de force dans l’armée Bulgare et après quelques semaines, il déserte et fuit en Hollande. Lorsqu’il arrive en Hollande, il rencontre Jacques et Pangloss qui le dit que les bulgares ont détruit le château, voilé et tué Cunégonde et tous les occupants. Apres de mois ensemble, Jacques décide d’emmener ces deux philosophes en voyages d’affaire avec lui à Lisbonne. Alors qu’ils sont en vue de port de Lisbonne, la terre se mit trembler. Jacques périt et noyé tandis que Pangloss et Candide arrivent a Lisbonne. Candide est entreposé par une veille femme qui lui apprend que Cunégonde n’est pas mort. Elle l’a dit qu’un capitaine Bulgare a sauvé Cunégonde du massacre et l’a vendu a un banquier juif, Don Issacar où elle vit. Candide devient furieux et tue son agresseur. Après, Candide, Cunégonde et la veille vont au Paraguay.

A Buenos Aires, le gouverneur demande Cunégonde en mariage et identifié Candide comme l’assassin. Le valet de Candide, Cacambo, a découvert au Paraguay que le révérend Père est aussi le père de Cunégonde qu’il est mort dans l’attaque du château par les bulgares. Mais lorsqu’il apprend que candide prétend a la main de sa sœur, il le frappe et en train de défendre lui- même, candide le tue. Candide et Cacambo finissent par attendre un lieu paradisque nommé l’Eldorado ou les hommes vivent en harmonie et connaissent un bonheur fonde sur le respect mutuel et le dédain des richesses matérielles, mais parce que Candide n’a pas trouve Cunégonde, il préfère quitter le pays paradisque. Il décide d’envoyer Cacambo pour racheter Cunégonde au gouverneur de Buenos Aires pendant qu’il cherchera à regagner l’Europe. Cependant, Candide s’attache à un nouveau compagnon, Martin, pessimiste et philosophe. Martin au cours de la traversée expose à candide sa vision qui contraste évidemment avec l’enseignement de Pangloss.

À Paris, Candide tombe malade et ils sont allés en Angleterre où ils sont témoins de l’exécution d’un soldat qui ne tue pas les gens. A Vénice, Candide et Martin ont rencontré Cacambo et ensemble, ils sont allés à Constantinople. En route, ils trouvent Pangloss et le frère de Cunégonde et ensemble ils rejoignent Cunégonde et la vieille.

Finalement, Candide s’installe à la ferme. Cunégonde, Pangloss, la vieille, martin et Cacambo le rejoint.

Request Complete Work