La lutte contre la corruption: condition essentielle pour la russite de l’OHADA

La corruption est, avec l’inscurit politique, la raison principale pour les investisseurs de s’abstenir d’un engagement en Afrique. Malgr les succs et un certain essor conomique enregistrs par le systme OHADA, la corruption le menace, car les tats d’Afrique de l’Ouest de cette organisation membres appartiennent dans leur majorit aux pays les plus corrompus du monde. Les gains de l’exploitation des richesses naturelles disparaissent dans les poches de quelques politiciens et fonctionnaires corrompus, et, par consquent, ils ne sont plus disponibles pour un dveloppement durable et ainsi pour un meilleur futur de l’Afrique. Lors d’une confrence tenue l’universit de Ble le 29 fvrier 2008 est ne l’ide de monter un projet de lutte contre la corruption. Le but du projet est de tirer profit des liens et des obligations rciproques des tats de l’OHADA pour avancer dans une lutte contre la corruption mutuelle et intertatique. L’objectif long terme est d’arriver un Acte uniforme relatif la corruption. Pour atteindre ce but, il faut d’ores et dj crer un droit anti-corruption le plus homogne possible, moderne et efficace dans les tats membres. On peut atteindre cet objectif, selon l’auteur, en crant une loi modle adopter par les tats. Le projet sera tout d’abord entam dans un petit nombre d’tats: au Bnin, au Burkina Faso, au Cameroun, au Sngal et peut-tre au Mali. Le reste de l’article explique le droulement du projet et les perspectives en vue. [Rsum ASC Leiden]

Title: La lutte contre la corruption: condition essentielle pour la russite de l’OHADA
Author: Vogl, Thorsten
Year: 2009
Periodical: Penant: revue de droit des pays d’Afrique
Volume: 119
Issue: 867
Pages: 206-214
Language: French
Geographic terms: Subsaharan Africa
French-speaking Africa
Abstract: La corruption est, avec l’inscurit politique, la raison principale pour les investisseurs de s’abstenir d’un engagement en Afrique. Malgr les succs et un certain essor conomique enregistrs par le systme OHADA, la corruption le menace, car les tats d’Afrique de l’Ouest de cette organisation membres appartiennent dans leur majorit aux pays les plus corrompus du monde. Les gains de l’exploitation des richesses naturelles disparaissent dans les poches de quelques politiciens et fonctionnaires corrompus, et, par consquent, ils ne sont plus disponibles pour un dveloppement durable et ainsi pour un meilleur futur de l’Afrique. Lors d’une confrence tenue l’universit de Ble le 29 fvrier 2008 est ne l’ide de monter un projet de lutte contre la corruption. Le but du projet est de tirer profit des liens et des obligations rciproques des tats de l’OHADA pour avancer dans une lutte contre la corruption mutuelle et intertatique. L’objectif long terme est d’arriver un Acte uniforme relatif la corruption. Pour atteindre ce but, il faut d’ores et dj crer un droit anti-corruption le plus homogne possible, moderne et efficace dans les tats membres. On peut atteindre cet objectif, selon l’auteur, en crant une loi modle adopter par les tats. Le projet sera tout d’abord entam dans un petit nombre d’tats: au Bnin, au Burkina Faso, au Cameroun, au Sngal et peut-tre au Mali. Le reste de l’article explique le droulement du projet et les perspectives en vue. [Rsum ASC Leiden]