Le Burundi aprs la signature de l’Accord d’Arusha

Au Burundi, la guerre civile ouverte en octobre 1993 par le putsch qui a cot la vie au prsident hutu Melchior Ndadaye et par les tueries systmatiques de paysans tutsi a connu une nouvelle virulence depuis juin 1999. Considr par la communaut internationale comme un laboratoire de la rsolution des conflits, le pays fait l’objet d’intenses efforts diplomatiques. La signature des accords d’Arusha le 28 aot 2000, obtenue aux forceps par le mdiateur Nelson Mandela, peut-elle mener la paix et la stabilit? Or, si le retour la paix est vu en termes de concessions unilatrales d’un camp ethnique l’autre, laissant supposer qu’il n’y a pas de torts partags, d’engagements rciproques forts et aussi de subdivisions et de recoupements plus subtils des intrts, le processus en cours ne peut que buter sur l’inquitude ou le scepticisme. Inscrivant la question burundaise dans l’cheveau des conflits rgionaux, le prsent article analyse la position des divers acteurs et les obstacles la pacification. Il voque les solutions proposes dans les Accords et rappelle que la plupart des vraies questions n’ont pas t rsolues: l’absence de cessez-le-feu et la poursuite des activits militaires dans les camps de rfugis; la question de l’impunit et l’occultation de l’hypothque du gnocide; l’absence d’accord finalis sur les principes de relance d’une dmocratisation qui tienne compte des expriences dramatiques fondes sur une rduction de la citoyennet au schma de la majorit ethnique; le flou concernant la rforme de l’arme; le contenu de la priode de transition et la nature de la tutelle extrieure; la reconstruction conomique et financire d’un pays sinistr; la remise en confiance de la socit civile. Notes, rf., rs. en franais et en anglais (p. 214).

Title: Le Burundi aprs la signature de l’Accord d’Arusha
Author: Chrtien, Jean-Pierre
Year: 2000
Periodical: Politique africaine
Issue: 80
Pages: 136-151
Language: French
Geographic term: Burundi
External link: https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=POLAF_080_0136
Abstract: Au Burundi, la guerre civile ouverte en octobre 1993 par le putsch qui a cot la vie au prsident hutu Melchior Ndadaye et par les tueries systmatiques de paysans tutsi a connu une nouvelle virulence depuis juin 1999. Considr par la communaut internationale comme un laboratoire de la rsolution des conflits, le pays fait l’objet d’intenses efforts diplomatiques. La signature des accords d’Arusha le 28 aot 2000, obtenue aux forceps par le mdiateur Nelson Mandela, peut-elle mener la paix et la stabilit? Or, si le retour la paix est vu en termes de concessions unilatrales d’un camp ethnique l’autre, laissant supposer qu’il n’y a pas de torts partags, d’engagements rciproques forts et aussi de subdivisions et de recoupements plus subtils des intrts, le processus en cours ne peut que buter sur l’inquitude ou le scepticisme. Inscrivant la question burundaise dans l’cheveau des conflits rgionaux, le prsent article analyse la position des divers acteurs et les obstacles la pacification. Il voque les solutions proposes dans les Accords et rappelle que la plupart des vraies questions n’ont pas t rsolues: l’absence de cessez-le-feu et la poursuite des activits militaires dans les camps de rfugis; la question de l’impunit et l’occultation de l’hypothque du gnocide; l’absence d’accord finalis sur les principes de relance d’une dmocratisation qui tienne compte des expriences dramatiques fondes sur une rduction de la citoyennet au schma de la majorit ethnique; le flou concernant la rforme de l’arme; le contenu de la priode de transition et la nature de la tutelle extrieure; la reconstruction conomique et financire d’un pays sinistr; la remise en confiance de la socit civile. Notes, rf., rs. en franais et en anglais (p. 214).