LA SCOLARISATION DE LA FEMME AFRICAIN COMME SOURCE DE CONFLIT DE GÉNÉRATIONS A TRAVERS TROIS PRÉTENDANTS: UN MARI DE GUILLAUME OYONO-MBIA

TABLE  DES MATIERES

Introduction

Idée générale sur le sujet

Raison pour le choix du sujet

Enonciation des grandes lignes

Chapitre 1: Biographie de Guillaume Oyono-Mbia

1.1.  L’homme et oeuvre

1.2  Résume de Trois prétendants…un mari

Chapitre 2: Présentation de la femme africaine traditionnelle

2.1 Le rôle de la femme dans la famille

2.2 La place de la femme dans la société africaine

Chapitre 3: Trois prétendants…un mari: Le conflit de génération a propos de l’éducation de la femme africaine.

3.1 L’opposition des sexes

3.2 Le mariage force

Chapitre 4: L’image de la femme africaine moderne dans la societe africaine

4.1 L’émancipation de la femme africaine

4.2 Le concept du féminisme

Conclusion

Bibliographie

REMERCIEMENT

Tout d’abord, je rends hommage à Dieu qui est toujours fidèle à ses promesses. Il m’a donné l’espoir et j’ai oublié tous les jours pitoyables du passé à travers sa bonté.

Je dois aussi apprécier l’effort de mes parents, Monsieur Jacob Ogunlusi et Madame Janet Ogunlesi, pour leur soutien moral, financier et surtout spirituel. Que Dieu vous donne la bonne santé tous les jours de votre vie.

De plus, je dis  merci à tous les professeurs dans le département de français. Surtout, j’apprécie l’effort de la directrice de mon mémoire, Docteur (Mme) Yetunde Oluwafisan pour que ce mémoire soit accompli. C’est très important pour moi de reconnaître l’effort et le conseil de Professeur Matiu Nnoruka pendant la rédaction de ce travail. Je reconnais aussi Prof Tunde Ajiboye, Dr Baa Mensa, Dr Isaiah Bariki, Dr Bukoye Arowolo, Dr Y.O Tijani, M. Segun Ayolabi et Madame Sanni-Suleiman.

Au même temps, je reconnais l’assistance et les soutiens de mon grand frère, Monsieur Adekunle Balogun, de ma petite sœur, Mille Temilade Ogunlesi et de mon petit frère, Ademola Ogunlusi. Que Dieu soit avec vous tous.

Aussi, il faut que je reconnaisse les rôles que les personnages suivants ont joué dans ma vie et pour mon succès: Prince Paul Oriade, pour son soutien financier; mon ami intime, Babatunde Oguntolu; Peter Osanyingbemi, Dayo Olagunju et Emmanuel Aleyomi pour leur soutien et leur concerne; Monsieur Sunday Arinde, je n’oublierai jamais vos études bibliques; Bimpe Omotola et toutes les mamans dans mon foyer a Sentu, je vous aime tous.

En ce moment, je dis merci a ma chérie Mille Damilola Ademola pour son amour, conseil et encouragement. Que Dieu te bénisse. J’apprécie la confiance que tu as eue en moi pendant mon séjour universitaire.

Egalement, je dis merci a ma chère amie et sœur, Mlle Busayo Oloyede, pour son effort infatigable pendant la dactylographie de mon mémoire. Je ne sais comment te remercier. J’apprécie aussi Mlle Odunayo Ilori pour son soutien.

Je reconnais tous mes camarades de classe: Hassan Oyegoke, Rabiu Ismaila Haruna, Noel Ichado, Catherine Joseph, Haruna Zakariyau, Temilola Alabi, Morenike  Kazeem, Gbeminija Adeola, Victor Bamgbose, Peter Olakunle, Margaret Idowu, Jason Oguntola pour la réalisation de ce mémoire et tous les autres. Je vous remercie et je ne vous oublierai jamais.

J’ai bien fini avec la grâce de Dieu et l’assistance de tous mes bienfaiteurs. Merci à tous.

INTRODUCTION

Notre sujet de mémoire s’intitule < La scolarisation de la femme africaine comme source de conflit de génération à travers Trois prétendants …un mari de Guillaume Oyono-Mbia >

La scolarisation est l’action de développer les facultés morales, physiques et intellectuelles. C’est une  façon d’acquérir des connaissances et de pratiquer de bons usages pour améliorer la manière de vie dans la société.

Donc, la scolarisation de la femme africaine est devenue une source de conflit de générations dans la société africaine comme le verrons plus tard.

Le choix de l’oeuvre de Guillaume Oyono-Mbia, Trois prétendants…un mari pour ce travail s’explique par l’intérêt que le sujet suscite en nous. Le débat sur la scolarisation de femme est toujours d’actualité et nous apprécions la façon dont Guillaume Oyono-Mbia pose le problème.

C’est donc dans cet ordre d’idée que nous parlerons de l’oeuvre: la biographie de l’auteur et son oeuvre sera discutée dans le premier chapitre. Le deuxième chapitre portera sur la présentation de la femme africaine traditionnelle alors que le troisième chapitre va identifier le conflit de générations à propos de l’éducation de la femme africaine. Enfin, le dernier chapitre s’intéresse à l’image de la femme africaine moderne dans la société africaine.

CHAPITRE 1

Biographie de Guillaume Oyono-Mbia

1.1   L’homme et oeuvre:

Guillaume Oyono-Mbia, le fils d’un cultivateur, est né à Mvoutessi près de Sangmélima au Cameroun en 1939. Après ses études secondaire, il enseigna au Collège Evangélique de Libamba. Une bourse lui permet  de continuer ses études en Angleterre.

Il était Assistant à la Faculté des lettres de l’Université Fédérale du Cameroun à Yaoundé après son diplôme de Doctor of Philosophy à l’Université de Londres. Il est dramaturge et conteur.

Lors d’un concours organisé par la BBC, Guillaume Oyono-Mbia gagne le premier prix pour sa pièce radiophonique Jusqu’à Nouvel Avis. Cette pièce est également éditée par les Editions CLE.

Ses oeuvres principales sont:

  • Trois prétendants… un mari, CLE,Yaoundé,1964.
  • Notre fille ne se mariera pas, ORTE, Paris, 1971.
  • Chroniques de Mvoutessi I,II,III, CLE,Yaoundé, 1971-1972.

1.2    Résumé de Trois prétendants… un mari

Cette pièce de théâtre est une comédie écrite en cinq actes. Elle pose le problème du conflit de générations au sujet du choix de mari. Elle présente les efforts d’une famille villageoise pour marier sa fille Juliette, une jeune collégienne à la manière traditionnelle, c’est-à-dire,

Juliette rentre du lycée pour apprendre qu’elle a un prétendant Ndi, un jeune paysan qui a déjà verse cent mille francs à ses futurs beaux-parents, Atangana et Makrita. Ces derniers, comptant sur les possibilités immenses que pourrait offrir le deuxième prétendant Mbia, qui est fonctionnaire, décident de le substituer à Ndi. C’est la l’essentiel pour la vieille génération.

Indignée, Juliette refuse constamment d’épouser l’un et l’autre parce qu’elle aurait du être consultée avant la conclusion de ce mariage inopportun. Juliette formée a l’école occidentale et qui entend choisir elle-même son mari, s’est promise au lycée Oko.

Pour avoir gain de cause, Juliette vole l’argent versé en dot par les deux autres prétendants avec son jeune ami. Entre temps, l’incapacité du célèbre sorcier à découvrir le voleur met les villageoise au désespoir; il fallait trouver quelqu’un d’assez riche pour rembourser les deux prétendants qui, face a la voracité des vieux, renoncent à leur projet de mariage.

Alors que le père de Juliette, désemparé, la propose à un commerçant, Oko survient, déguisé en grand homme et obtient Juliette, consentante tout à coup, contre remise d’une dot qui n’est autre que l’argent dérobé.

Request Complete Work